Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2015 4 20 /08 /août /2015 11:32

Catherine , pourquoi repartir après les désillusions du premier voyage ?

<<.....Parce que les personnes qui se mettaient en travers de ma route , n'étaient en réalité que des ponts à enjamber. J'étais reconnue comme la fille de Bud, un dopant pour moi. On avait retrouvé des ressemblances ici et là, et c'était vrai. Par contre tous fuyaient quand je demandais simplement où était sa tombe.....>>.

Une anecdote ?

<<....j'ai souvenir qu'un jour, la vieille voisine de mon père m'avait dit, alors que toute émue je réclamais un verre de whisky " je crois voir ton père, Il s'asseyait là, dans la même position que toi et réclamait un scotch. Depuis son décès, je n'en ai plus"....>>.

D'où ton envie de savoir ce que l'on te cachait ?

<<....Oui, c'est une des raisons principales de mon retour, étant la seule enfant de cet homme, il me semblait légitime de comprendre ce que l'on tenait absolument à me cacher. les secrets sont mortifères, cause de honte, de mal-être, de douleurs psychologiques. Ma mère en premier, après m'avoir laissé manipuler les lettres que mon père lui avait adressées, les avait jetées quand j'ai eu l'âge de les déchiffrer, me prétendant que de toute façon elle ne contenaient rien de bien interressant. Elle répondra néanmoins à toutes mes questions mais toujours de façon très évasive, allant même prétendre qu'il était sans doute mort.

Cette époque là est révolue, j'étais à présent responsable de ma vie, ne causait du tort à personne et nulle envie de justifier mes motivations....>>.

L'annonce de ton retour, pas vraiment bien accueilli dans la famille aux USA ?

<<.....Non, quand j'ai annoncé que je revenais, mes cousines sont restées muettes. Il fallait donc que je contourne l'obstacle.....>>.

Catherine, une personne t'a tendu la main ?

<<....Oui, Cédric le pasteur de Chicago, que j'avais rencontré lors du premier voyage , intéressé par mon histoire, nous avions échangé nos adresses mail. Il était pour moi en quelque sorte devenu un ami, qui de plus parlait français. cela me soulageait.

Quand je me suis adressée a lui pour mon retour, directement il m'a proposé de m'héberger chez lui dans l'appartement qu'il occupait pour deux mois à Chicago.

Cet appartement se trouvait à South Rhodes Avenue, ce n'est que quelques jours avant mon départ que nous avons constaté qu 'il habitait à quelques minutes seulement de l'immeuble de mon père. J'ai d'abord cru a une arnaque de sa part, j'ai voulu tout annuler, comment est-ce possible que dans une ville si grande il habite si près de chez mon père? Un tel hasard ne pouvait exister, Cédric avait tout naturellement l'explication " C'est Dieu" .....>>.

 

 

 

 

Cédric le pasteur de Chicago et Catherine

Cédric le pasteur de Chicago et Catherine

Catherine, parle nous un peu de South Rhodes ?

<<.....South Rhodes, que je n'avais vu que de nuit l'année précédente, est une belle avenue bordée d'arbres plantés le long d'une large contre-allée encadrée par des immeubles en briques rouges. La nuit, les lumières des lampadaires intérieurs éclairent de beaux corridors et les vitraux de quelques portes d'entrées. 

Mais la vision de jour est tout autre, les rez-de-chaussée sont barricadés et des pancartes agressives informent que ces maisons sont électroniquement protégées. Personne aux fenêtres. La chaussée est défoncée par endroits, les façades sont sales. Malgré la douceur du soir, tous les jardinets sont déserts, ni sièges ni balançoires, juste de l'herbe sauvage encerclée par des clôtures. les vérandas sont tapissées de planches, de cartons. Plus inquiétant, les armes sont en vente libre.

Dans la 63 ème rue au-dessus de laquelle passe un train aérien, mon père fréquentait un bar qui a été détruit, à ce jour il ne reste qu'un terrain vague, sinistre.

En marchant , je regardais vers les fenêtres de l'appartement de mon père, antennes déployées pour capter les odeurs, les rumeurs, attentive à l'endroit où je posais le pied. Il était nécessaire de passer par là pour aller à la station de métro ou mon père avait peut être grimpé ces mêmes marche d'escaliers, s'était peut être assis et où ses yeux s'étaient posés sur le même paysage.

J'étais plus proche de mon père que l'année dernière et cela me suffisait.....>>.

 

 

Catherine , Normande et fille de GI ....Chicago, approcher la tombe de mon père (4eme partie)

Catherine,tes sentiments après ce retour à Chicago ?

<<......Comme l'année précédente, je me suis sentie enfermée. C'est peut-être ça l'Amérique, le bouclage social et mental. Le pays de la " liberté " me semble plus dangereux que l'Afrique, avec partout des limites et le partage d'un territoire immense en tous petits compartiments, et l'homme pour ennemi.

Il ne m'a pas été possible de rapporter des photos, l'appartement de Cédric a été cambriolé, sans doute par des gens du quartier.

je suis repartie sans avoir pu, encore une fois , approcher la tombe de mon père et encore moins rencontrer mes cousines.

Mais dans cette affaire, j'ai appris que quand une porte se ferme, une autre s'ouvre automatiquement. Il suffit d'être patient.

 

A suivre........

©Claude Timmermans

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Timmermans - dans temoignages
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Remember 1944, le blog de Claude Timmermans
  • Remember 1944,   le blog de  Claude Timmermans
  • : le temps passe et la mémoire s'efface n'oublions jamais ....
  • Contact

Recherche

Pages

Bibliotheque