Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 12:00
Catherine , Normande et fille de GI ( 1er partie)

Pour ce nouvel article, j ai l'immense honneur de vous retracer l histoire poignante s il en est de Catherine Desjardins fille de GI.

Comme d habitude j ai choisi la question-réponse.

Catherine, parle nous un peu de toi?

<<.......En juin de chaque année, on commémore le débarquement de 1944, avant leur départ beaucoup d' américains ont laissé des petites graines aux quatre coins du pays. Ces graines ont poussés et ont à présent l âge de la retraite, mais se sentent orphelines. Personne ne s'est intéressé à notre sort particulier, sauf dans nos régions d'origines où nous étions regardés de travers, surtout si comme moi, ils étaient métis.

Des poids pour les pauvres mères, des tarés dans les familles. A l'âge adulte, décidés parfois à rechercher nos racines, nous étions repoussés par les États Unis, et hérissés par la question anodine " Pourquoi tu ne recherches pas ton père? Oui? Mais comment.....>>.

Un soir de 1944, le début de l'histoire ?

<<.....D'abord je me dois dire quelques mots au sujet de ma mère, une femme célibataire toute sa vie et fière de l'être, employée, pauvre, mais intellectuelle de gauche depuis le front populaire dont elle parlait avec exaltation.

Il y a eu la guerre, l'exode, l'occupation allemande et la libération.

Un soir au bal du côté d'Elbeuf, ma mère est étonnée que les soldats "Noirs" ne dansaient pas. Son cavalier lui répondit qu' ils n'avaient pas le droit, son sang n'a fait qu un tour me disait elle. Durant 4 ans tout était interdit aux Juifs et ceux qui prétendaient nous libérér faisaient la même chose. Elle décide de braver l'interdit et invite elle même un soldat qui se tenait à l'écart .....c'était ton père. Gentil, intelligent, cultivé et timide il s appelait Thomas. E. May et venait de Chicago.....>>.

Catherine votre mère vous fera quelques révélations pas facile à entendre ?

<<......Oui, j'ai été très choquée en entendant ma mère parler des exactions, des viols commis par les soldats Noirs Américains.

Mon père et ses copains racontèrent à ma mère , la ségrégation, le racisme, leur vie dans le sud. Plus jeune je n'y croyait pas, c'est plus tard quand je me suis promenée dans les quartiers de Chicago sud où vivait mon père que j'ai compris et remercié mentalement ma mère. J apprendrai plus tard d une cousine de mon père qu il était démocrate et fan de Martin Luther King......>>.

 

La maman de Catherine

La maman de Catherine

1er etape la Guadeloupe ?

<<.....Oh bien avant 2005, à l'âge de 35 ans j'avais déjà écrit aux adresses que je possedais, celle de sa mère et de sa soeur. Avant je ne pouvais pas j'avais la peur du " rejet " . Mais il était déja trop tard , les lettres me sont revenues.

Idem avec l'armée, je possedais son numéro de matricule mais je reçu une réponse négative du Service Des vétérans de l'Us Army en raison du Privacy Act.

Sporadiquement, pendant 30 ans j'ai frappé aux portes, échangé de la correspondance pour toujours en revenir au point de départ.

Je me suis alors tournée vers les associations de vétérans , les ministères , mairies, musées, sites de généalogies aux Usa, producteurs tv etc....J'ai eu des réponses oui, souvent sèches, brutales, humiliantes mais la plupart du temps rien.

Il m'arrivait d' être en colère, lorsqu'un quidam me demandait " mais pourquoi tu ne recherches pas ton père? ".

En 1996, j'ai eu un espoir fou, les vétérans de Chicago disaient avoir localisé mon père et me proposait de faire suivre un courrier, proposition restée à jamais sans suite.

Durant 10 ans j'ai abandonné. On croit pouvoir décider de tout,  mais non. La vie nous méne ou elle veut.

J'ai voyagé entre la France, USA, Guadeloupe , j'y ai rencontré des personnes qui m'ont poussée à repartir de l'avant, Claude , Annie , Felix.....

J'ai aussi trouvé et accepté en Guadeloupe la part de " Noire en moi ". Cela m'a donné la force d'aller au bout et de foncer dans les sens interdits....!!! >>.

Catherine explique moi ce que tu nommes " premier pas " durant nos conversations ?

<<.....Pleine d'energie, de soleil, gonflée à bloc, branle-bas de combat, pour la 1er fois de ma vie je suis déterminée, je n'ai plus peur du rejet, je réouvre mon vieux dossier qui s'est épaissi au fil des années, affiche comme sésame la photo de mon père. Trop manipulée , elle est déchirée mais l'on n'y voit mon père en uniforme à Sotteville Les Rouen au moment où ma mère l'a connu.

 

Catherine , Normande et fille de GI ( 1er partie)

J'envoie des signaux partout ,  un moteur de recherche me répond qu'il serait décédé en Avril 2005, soit 8 mois auparavant, c'est trop bête je n'y crois pas.

Un samedi, je découvre une association " nés de la libération " , sur ce site un témoignage boulversant d'une femme Marie-Rose , comme moi , métisse qui parle de son enfance, de ses douleurs, de son mal de vivre. Elle avait réussi a retrouver sa famille noire aux USA. je ne suis plus la seule au monde, j'entre en contact avec Marie-Rose, d'emblée nous nous sommes tutoyées. Elle me dira " je sais Catherine , je suis dans le même cas que toi , ne m'explique pas on va t'aider ".

Marie-Rose me parle de Kimsue et Rebecca deux Américaines ( nous y reviendrons plus tard ) . Je scanne le n° de matricule et l'adresse de mon père à Chicago et c'est parti. Quelques jours plus tard, j'ai une réponse me donnant les noms des sept soeurs de mon père et de son frère.

De nouveau le silence, au bout de 6 mois je n'espère plus , ne cherche plus rien....

Je décide de repartir en Guadeloupe ou j'ai l'impression de vivre un peu, reviens à Paris, et prévois d'y retourner pour m'y installer en Novembre....>>.

Catherine, début novembre 2006 tu recois un mail très important ?

<<.....De retour d'un spectacle et rejouie par ce dernier, j'ai regardé mes mails avant d'aller dormir et j'avais un message de Rebecca...>>.

Que disait-il ?

<<....J'ai des  nouvelles et d'autres suivront , Kimsue à parlé à une Miss Minnie qui était la voisine de votre père. Il est décédé en Avril 2005, mais il pensait à vous, il vous aimait et il n'a jamais eu d'autre enfant, Miss Minnie se dit émue , elle connait la famille et la préviendra. Une chose encore, on l' appelait " Bud ". 

Je n'en ai pas dormi cette nuit là..........>>.

Catherine.

Fin de la premiere partie.

 

 

 

© Claude Timmermans 

 

 

Repost 0
Published by Claude Timmermans - dans temoignages
commenter cet article

Présentation

  • : Remember 1944, le blog de Claude Timmermans
  • Remember 1944,   le blog de  Claude Timmermans
  • : le temps passe et la mémoire s'efface n'oublions jamais ....
  • Contact

Recherche

Pages

Bibliotheque